Géomatique : vecteur des objectifs de sa vie ?

Depuis le plus jeune âge et l’entrée dans la scolarité, on nous demande ce que l’on veut faire comme métier. On a tous bien sûr répondu : « la Géomatique » . En tant qu’enfant, porteur d’une âme innocente et pleinement créatrice, on comprend très vite l’intérêt des cartes et des globes terrestres pour jouer au foot et casser les bibelots des grands-parents. Notre épanouissement intellectuel et notre curiosité géographique sont à leur paroxysme lorsqu’il s’agit de retracer le parcours de Bernard et Bianca en Australie ou de localiser Mowgli et la panthère noire Bagheera dans la jungle indienne.

géomatique et globe terrestre

Pourtant, au fil du cursus scolaire, le manque de liberté de création et d’imagination, le manque d’interdisciplinarité, le manque de flexibilité dans l’emploi du temps, le manque de moyens matériels et humains ont pour effet de formater les consciences de chacun vis-à-vis du marché du travail. L’appréhension de la vie professionnelle est souvent séparée des temps de loisirs, de bien-être, de repos et d’oisiveté, des activités de découverte. Puis, le temps de travail hebdomadaire et quelques congés par-ci par-là rythment la vie des actifs. Sécurité, confort, automatisme, … l’adage métro-boulot-dodo tient ici tout son sens.

Métro boulot dodo

Alors, faut-il attendre la retraite pour mettre en œuvre ses rêves ? Prendre le temps de se plonger pleinement dans ses activités souhaitées ? Vivre en chaque instant ses passions ? De nombreux schémas de pensées sont conditionnés pour accomplir ses envies après le travail et non à travers son activité dite « professionnelle ». Il ne faut pas oublier que le temps qui s’écoule n’a plus de valeur pour la vie d’un individu. Pourquoi vivre les choses qu’on aime, les choses qu’on souhaite atteindre, ne serait-il pas la source de toute activité professionnelle ? C’est-à-dire que ce sont les éléments porteurs de bien-être qui orienteraient notre temps et parcours de vie. Ce mode de pensée et d’actions paraît tout de même plus sain, naturel et non subi.

La Géomatique en accord avec sa passion

Passionnés par la Géomatique, on a tous cette chance incroyable de pouvoir trouver dans cette discipline une multitude de sujets en accord avec nos envies et nos rêves. En effet, la Géomatique offre une diversité incroyable d’applications dans des thématiques variées : l’Environnement, l’Urbanisme, la Santé, l’Agriculture pour ne citer qu’elles. Et si cette thématique (ou ces thématiques) était aussi ce qui nous faisait vibrer dans la vie ? Les forêts tropicales vous passionnent ? Alors pourquoi ne pas orienter son activité pour les observer et les découvrir. Vous voulez nager avec les requins ou protéger les tortues ? Créer des écoles ? Créer des élans de solidarité ?

géomatique et environnement

Les outils des Systèmes d’Informations Géographiques et les informations géographiques produites et traitées permettront toujours de créer et/ou de mettre en œuvre des actions concrètes pour répondre aux différentes problématiques. La grande majorité des éléments qui nous entourent peut être cartographiée, bancarisée et analysée spatialement. La Géomatique n’oppose tout simplement aucune limite à orienter sa vie entière selon ses désirs, au contraire. D’après Bakounine, C’est en cherchant l’impossible que l’homme a toujours réalisé le possible. Ceux qui se sont sagement limités à ce qui leur paraissait le possible n’ont jamais avancé d’un seul pas.

Géomatique et drone

Par de là cette citation, je vous souhaite à toutes et à tous de vivre pleinement vos envies et vos passions grâce à la Géomatique. Que cette nouvelle année 2020 vous apporte Santé, Bonheur et Réussite.

Géomatiquement vôtre.

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

A propos Florian Delahaye

Fondateur et Administrateur de Geomatick. Consultant en Géomatique. Docteur en Géographie, Spécialités en SIG et Télédétection.

8 réponses à Géomatique : vecteur des objectifs de sa vie ?

  1. fontaine dit :

    Toujours des articles intéressants et tu soulèves une question de fond sur nos usages des outils SIG. Alors je me permets une remarque pour échanger sur ton article que tu as pris le temps d’écrire.

    En tant que géographe, tu connais aussi les problèmes que posent ces mêmes outils.

    La plus grande difficulté est, selon moi, la capacité à renouveler une problématique sur un sujet ou à adapter cela à de nouvelles réalités géographiques : cela ne dépend pas (directement) de ces moyens, où il y a une telle profusion aujourd’hui que l’on consomme plus que de raison.

    Et là, il faut admettre que c’est plus complexe, je n’ai rien remarqué dans le sens d’un renouvellement méthodologique ou de quoi nous sortir d’une course/dépendance à ces nouvelles technologies.

    À l’heure de la décroissance, de l’écologie, de l’équité, du développement durable etc., il me semble qu’il s’agit aussi d’interroger l’apport des sciences humaines et les nôtres à ces sujets.

    • Florian Delahaye dit :

      Bonjour fontaine, je vous remercie pour votre retour qui mériterait une large discussion. Avez-vous des exemples sur la difficulté de « la capacité à renouveler une problématique sur un sujet ou à adapter cela à de nouvelles réalités géographiques »?
      Il est certain que les nouvelles technologies permettent de renouveler des méthodologies pour l’étude de différentes thématiques. On peut citer par exemple l’apport du drone. La création de nouveaux logiciels/programmes peut aussi être une passion pour un géomaticien.
      Vous faîtes une observation juste sur l’apport des sciences humaines et pour l’instant, je n’ai pas de réponse.

  2. Axel dit :

    Joyeuse année 2020 à vous aussi. Merci pour ce site plein d’idées originales.

    • Florian Delahaye dit :

      Bonne et heureuse année 2020 également Axel. Merci pour votre retour… pleins d’idées à mettre sur papier mais malheureusement, je ne prends pas toujours le temps.

  3. Omonwalé Aurel dit :

    Les SIG sont de plus en plus entrés dans votre vie et nous nous y adonnons avec plaisir.
    Des idées d’élève ingénieur à la pratique professionnelle l’envie d’avancer et de réaliser de nouvelles prouesses.
    Les informations que vous livrez ici sont d’une utilité remarquable et je vous en remercie.
    A toute la communauté des Géomaticiens je dis bonne année et bonne chance pour vos projets respectifs.

    • Florian Delahaye dit :

      Merci pour vos vœux Aurel et je vous souhaite aussi le meilleur pour cette nouvelle année. Merci pour votre message et bonne continuation.

  4. Longuespée dit :

    Un métier de passion expliqué par des passionnés.
    Je me répète mais voilà encore un article qui permet d’alimenter l’intérêt et nos réflexions.

    Une nouvelle année commence pour continuer de mettre en place de nouveaux projets ensemble je l’espère. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *